mardi 22 mai 2018

Claudine...tu m'embobines


Non, Claudine n'est ni ma frangine, ni ma cousine , et elle encore moins bécassine, loin s'en faut!


Elle a pris racine à l'ombre sèche des glycines depuis plusieurs années ,même si on est encore loin des noces de platine  .

A l'origine , sa voisine était ma petite "Fay Anna" , un g. wlassovianum rose praline , qui a malheureusement trépassé , la rendant orpheline..


La compagnie d'une nouvelle amie , l'heuchère "Berry smoothie" à la robe aubergine , l'a rendue quelque peu cabotine .
Il faut dire que le duo pète la calamine au printemps avec leur feuillage fluo , anisade et grenadine, propres à libérer les endorphines les plus chagrines.

g.phaum "Saturn"

G.phaum "Springtime"

Concurrencée par d'autres géraniums phaums dans les parties ombragées du jardin, en terre sèche également , elle se démarque de ses congénères , par des semis qu'elle dissémine avec générosité..
Semis pas toujours fiables , il est vrai , retour au type  , et là pas de pitié , je l'élimine.

Un semis fidèle en association avec un allium , une autre heuchère "Plum pudding" et un brunnera

Je vois déjà votre tête qui dodeline, avec une moue dubitative " Et Samobor , le réputé Samodor" dont la légendaire réputation taquine toute la famille phaum .
 Et je vous réponds alors:" Oui , mais ma Claudine a pour elle l'élégance de ne pas disparaitre l'hiver , qu'elle enlumine de ses taches violines. " Et ça , c'est imparable !


Certes , certes, elle a un petit défaut qui m'enquiquine , personne n'est parfait  !
 Je la crois un peu libertine .....


Si si Je l'ai vue , avec son jupon de ballerine, l'oeil aguicheur, la moue caline , taquinant la fougère qui avoisine le duo .

La jolie fougère Dryoptéris filix mas "Linéaris polydactyla "

 Pas bien méchant , avouons le cependant , et qui ne justifierait en rien qu'on l'assassine., n'est ce pas ?
Moi je lui dis " Géranium phaum "Claudine Dupont " , car c'est son nom , t'as tout bon !"

Un trio gagnant en ombre sèche .

En espérant que ce post , vous titillant la rétine, n'a  pas trop modifié votre taux de sérotonine ,je vous souhaite une bonne santé car tout ça n'vaut pas  , bien sûr ,d'attraper la  s...........


mercredi 9 mai 2018

Préludes d'un bel été


Il court, il court ce  printemps charmeur ...... Pourquoi et pour qui court il ainsi ?
Y aurait il une horloge biologique qui incite ainsi la nature à vouloir rattraper le temps endormi?


J'aimerais  appuyer sur la touche "Pause" improbable pour ralentir ces moments magiques.
Le printemps au jardin , c'est le temps des promesses de belles floraisons  , la lumière particulière mettant en relief les nuanciers de couleurs, les senteurs inouïes qui tournent la tête....


Le parfum des lilas embaument encore que les glycines , la bleue puis la blanche , exhalent leurs fragrances entêtantes.


Tandis que le sol se jonche des confettis roses du vieux Cercis dont une belle branche s'est cassé pendant notre absence ,voilà que déjà  le relaie le Viburnum Lanarth accompagné de la pivoine jaune se glorifiant d' une cinquantaine de fleurs cette année.Nul doute que la chute du vieux prunier a ensoleillé son printemps. Je comprends mieux pourquoi certaines pivoines font de la résistance en zone trop ombragée.


Dans le massif Brahma , à peine le temps d'un bécot d'amours printanières , les ombelles du cerfeuil pourpre se sont envolées vers le bleu du ciel .







Les spirées "Gold fountain" et les ligustrum "Lemon and lime" profitent également  du "trees sérial killer" qui a sévi dans ce coin très ombragé pour "goldenniser" leur feuillage .






Alors que les boutons de roses se gonflent et commencent à s'ouvrir autour de l'érable sycomore , dansent  déjà les épillets du Deschampsia "Tatra gold" habituellement plus tardifs.

Prémices d'un bel été ? Qui peut le dire ? Et pourtant nous les jardiniers ne sommes pas exigeants : Juste du soleil tempéré le jour et un zeste de pluie la nuit , on se contente de peu ,n'est ce pas ?



dimanche 22 avril 2018

Le printemps des Lilas ...



Que serait le printemps sans les brassées de Lilas ?
Émotions enfouies qui surgissent d'un instant olfactif , et c'est tout un passé qui revient.
Les bouquets  de lilas que ma mère cueillait dans le jardin paternel , insistant au moment du départ :
"Prend , prend cela parfumera votre appartement " .
Alors quoi de plus naturel que les premiers lilas  du jardin soient des boutures issues des jardins de nos parents respectifs .



C'est ainsi qu'est née "l'allée des lilas " après l'entrée d'accueil , au moment où l'on se glisse dans l'intimité de notre jardin .

Syringa "Sensation"

Syringa"Mme Lemoine"

Fleurs simples , fleurs doubles , hybrides plus sophistiqués , coloris blancs , mauves , violet foncé tirant sur le pourpre , pastel rose , pas à pas l'allée s'est parfumée de toutes leurs fragrances.


Syringa "Katherine Havemeyer"

C'est le temps des lilas qui embaume bien avant les parfums des roses.


Mais l'un deux a commencé le voyage printanier bien plus tôt , déclinant alors que débutent ses cousins.


Je vous l'ai déjà évoqué quelque fois : le Syringa pinnatifolia mérite un devant de  scène.
Bien différent de ses congénères , il a pour lui la grâce de son port , ne drageonne pas , petit arbre ne prenant pas de place , un feuillage aérien penné ( D'où son nom sans ambiguïté ).


Ses drôles de fleurs hâtives en forme de petites clochettes ivoires très parfumées précèdent de peu celles du Viburnum x burkwoodii Mohawk  qui prendra le relais de parfumeur local .


 Un petit coup de canif à l'allée des lilas car , de crainte qu'il ne soit noyé dans la masse des cousins , celui ci a migré vers le Sud Ouest du jardin près de la haie de Cyprès, depuis cinq ans déjà.
Histoire également de lui rappeler ses origines du Sud Ouest de la Chine .On fait comme on peut ...


Mais son atout le plus intrigant , c'est lorsqu'il laisse tomber sa parure d'or automnale , pour apparaitre  dans sa plus extravagante tenue .
Son écorce cuivrée desquame alors en lambeaux ,sans  aucune honte à rivaliser avec un Acer griséum .

Une merveille, n'est ce pas ?  Alors ...conquis ?

'Au gré du jardin" ........ les lilas font le printemps, à coup sûr !

dimanche 15 avril 2018

Les moments de ST Jean 2018...


Que dire de plus de ST Jean qui n'ai déjà été relaté de long en large !
Si ce n'est  la chance que je mesure de pouvoir, pendant ces trois jours et même la veille , tranquillement discuter , regarder , choisir aux heures silencieuses de la journée .

Et puis arrive l'effervescence du monde passionné de plantes , la "ruée vers l'or vert "qui m’emporte dans le tourbillon des rencontres, des échanges amicaux et dont j'ai bien du mal à me défaire plusieurs jours après la fête.
Un sas de décompression , comme je l'appelle ,m'est donc nécessaire pour revenir à la vie normale de tous les jours. Et le printemps qui a submergé le jardin pendant notre absence a bien joué ce rôle.

Le moment  est  venu de mettre l'accent sur quelques jeunes pépinières qui ont su me séduire par la qualité et le choix de leurs plantes,.
La session de printemps est principalement réservée pour moi aux vivaces , et cette fois ci je cherchais des plantes d'ombre pas trop exigeantes au niveau  humidité.
Voici donc mes trouvailles



Chez Hortus Veneris
 Un Leucosceptrum "August Moon" , une menthe arbustive non envahissante aux jolies couleurs lumineuses et très rustique .






Chez "Vert Tige"


J'ai déniché des couvre sols  comme la Mitella ovalis , demandant moins d'humidité que la forme panachée qui pourtant m'attirait bien.


Ainsi qu'une Liriope aux pointes très blanches , la Liriope muscari "Okina"


Chez "Arno et Viviane" la Clématite " Spiky" une macropétala réputée très rustique , juste ce qu'il me fallait pour terminer le treillis situé côté Est du jardin .


Une petite grimpante chez Akébia .



Et justement après avoir longtemps hésité , j'ai renoncé à un akébia , rusticité limite me semblait il, au profit d'un Aconit grimpant , l'Aconitum formosanum .



Chez  Jardins d'exception  , j'ai pris une petite plante alpine pour le massif de la "Spirale Auvergnate" que je vous montrerai lors de la floraison .


Et chez Sylvatica une petite violette pas encore  fleurie pour une amie qui les collectionne.

A suivre donc l'évolution de ces quelques plantounes , leur adaptabilité à la terre et à la situation de notre jardin .Bref ,l'occasion de nouvelles histoires à raconter sur ces petits trésors.





mardi 27 mars 2018

Pas d'EHPAD pour les vieux arbres...


Est ce une chance pour tous ces vieux arbres de finir leurs jours dans leur espace familier ?

Après les coupes ...

Plantés  au commencement du jardin , ils sont passés du stade enfant à l'adolescence , la maturité
Et puis, tout doucement , au fil du temps , certains se sont épuisés , gênés par leurs voisins plus hauts et plus résistants, gagnés par la maladie , brisés par les intempéries.

Cette année , cinq de nos arbres sont morts.


Le prunier Reine Claude , dans l'allée des fruitiers, avait déjà eu deux vies .
Il y a une quinzaine d'années , une tempête l'a coupé en deux.JL lui a fait un collier de serrage pour le maintenir ,sans grande conviction sur sa survie .
Une belle envie de vivre a décuplé son énergie et nous a régalé d'une abondance de fruits durant toutes ces années.
Jusqu'à cet été où un nouveau coup de vent l'a fendu en deux , déjà bien diminué et rongé par les maladies. Il a bien fallu nous rendre à l'évidence. Notre prunier était à l'agonie.

Dernier printemps .Pas mal décharné le pauvre !

Le prunus triloba , planté la même année , nous a ravi de sa sublime floraison tant de printemps !
Floraisons qui s’étiolaient de plus en plus ,conséquence probable de l’affaiblissement de  son pied où une large crevasse s'élargissait , béante .

Cet été , il s'est brutalement desséché , presque en même temps que son ami.

Sapin tronçonné au ras de la haie

Je vous avais relaté cet automne , l'invasion des chenilles processionnaires.
J'avais alors prédit à mes sapins un tronçonnage nécessaire à ma quiétude .
Mais je n'imaginais pas alors que les chenilles les avaient laminés..
Trois sapins en sont morts , un seul a résisté .
Du coup , on a renoncé à le couper . Un collier piège à chenilles et phéromone viendra à bout, on l'espère, des horribles bêbêtes.

Les deux sapins du fond tronçonnés.

Voilà donc un changement certain pour cette partie plutôt ombragée du jardin.
 Quelle belle luminosité tout à coup ! Les rosiers du massif Brahma vont en profiter , pour sûr !
D'autres risquent de se prendre quelque coup de chaud ! Cet été sera un été test pour eux.
Le coin compost , dont le lierre n'a pas encore recouvert tout le treillis , semble bien à découvert .


Et que faire de tout ce bois coupé ? Le broyeur viendra à bout d'un nombre conséquent de branches  .Les plus grosses feront décor, ou abris pour insectes et faunes.
Ou estrade pour petite fée messagère du printemps ...

Abri à compost

Mais oui , il est là le printemps  ...Vous en doutiez ...et pourtant  !
Quel beau dimanche nous avons eu !
De quoi se décider brusquement pour une petite fête des plantes à Cheverny.
En ressortir avec deux nouveaux rosiers , ébahis d'y avoir rencontré Jean Lin Lebrun de Méla Rosa.
Un avant goût de la fête de St Jean de Beauregard.  Quelques tapas pour se mettre en appétit , une gourmandise !
A bientôt  ...soyez gourmands !